Un lever de soleil au Piton de la Fournaise

Une expérience inoubliable : L’ascension du Piton de la Fournaise !

  • Difficulté : Moyenne à difficile
  • Durée : 5h environ
  • Distance : 12,3 km
  • Aller-retour
  • Dénivelé : Positif 500 mètres

Le Piton de la Fournaise, à plus de 2500 mètres d’altitude, attire chaque année des milliers de touristes. C’est d’ailleurs le site le plus visité de l’île de la Réunion ! Et, pour cause, c’est l’un des volcans les plus actifs de notre planète et on peut l’approcher de près, alors autant en profiter !

Pour bénéficier au maximum du beau paysage et voir un joli lever de soleil, nous avons fait l’ascension du Piton de la Fournaise de nuit. Une expérience vraiment unique !

Se rendre au point de départ, le Pas de Bellecombe

Avant d’entreprendre l’ascension du Piton de la Fournaise, je vous invite tout d’abord à jeter un oeil à notre article d’aide à la préparation de cette randonnée !

Nous sommes partis de Saint-Leu vers 15h afin d’arriver au Pas de Bellecombe (le point de départ de la randonnée) vers 17h. Rien que la route menant au volcan est déjà à elle seule vraiment spectaculaire !

LA ROUTE FORESTIÈRE DU VOLCAN : Dans un premier temps, il faut prendre la direction de Bourg-Murat où l’on peut s’arrêter pour faire un tour à la Cité du Volcan (environ 9€/adulte). Ensuite, il faut prendre la Route Forestière du Volcan qui est très bien indiquée. De là, une trentaine de kilomètres de route en lacets traverse des paysages tout simplement magnifiques ! Au fil des kilomètres, plus on prend de l’altitude, plus les paysages et l’ambiance changent ! A l’heure à laquelle nous sommes partis, nous avons roulé un petit moment dans un brouillard épais et c’était assez impressionnant ! Déjà ici, on commençait à perdre quelques degrés !

LE CRATÈRE COMMERSON : Sur la Route Forestière du Volcan, il faut prendre le temps de s’arrêter au Cratère Commerson. Il est très bien indiqué et un belvédère est aménagé. Apparu il y a 2000 ans, de 200 mètres de diamètres sur plus de 230 mètres de profondeur, c’est un des plus importants cratères de l’île de la Réunion ! Une réelle petite mise en bouche pour la suite de notre escapade !

LA PLAINE DES SABLES : Ça y’est on est sur une autre planète ! Avant la fin de la Route Forestière du Volcan, il faut vraiment prendre le temps de s’arrêter au point de vue sur la Plaine des Sables ! Ici, face à nous, en contrebas, s’étend un paysage lunaire surréaliste aux couleurs rouges et dorées ! C’est vraiment super étonnant comme paysage ! Une table d’orientation permet de repérer l’ensemble des curiosités naturelles qui s’y trouvent.

LE PAS DE BELLECOMBE : Situé à 2400 mètres d’altitude, le Pas de Bellecombe est un espèce d’immense balcon qui permet d’observer le panorama exceptionnel sur le volcan. En effet, le Pas de Bellecombe surplombe la caldeira du volcan, appelé l’Enclos Fouqué. On peut y observer les différents cratères du Piton de la Fournaise : le petit Formica Léo (qui d’ici, ressemble à une fourmilière) , le Dolomieu (le plus grand) et le Bory (inactif depuis 1791). On y trouve une table d’orientation, un parking, des toilettes et c’est donc d’ici que débute la randonnée.

Venir tôt ou dormir sur place ?

Il est tout à fait possible d’accéder très tôt au parking du Pas de Bellecombe afin de faire sa randonnée sans trop subir la chaleur. Mais il y a un gîte de montagne (le seul) à une centaine de mètres qui permet aux randonneurs d’y passer la nuit et de se sustenter.

Nous avons décidé de faire cette randonnée à 4 avec Steph, mon petit frère, une amie et moi-même. Et nous sommes montés au Pas de Bellecombe assez tôt (vers 17h donc) afin de monter notre tente à l’abri des regards (le camping sauvage n’est pas vraiment toléré). On a pu observer le coucher de soleil sur le Volcan et c’était magnifique ! Voir le paysage changer au fur et mesure, les nuages sur son sommet qui s’envolaient peu à peu, les couleurs rougissant sur cet immense roche noire, un réel plaisir pour les yeux !

Vers 19h30-20h, le soleil étant déjà couché, nous avons mangé et fait des jeux de société à la lampe torche, car il n’y a pas de borne électrique, c’est vraiment le noir total ! Vers 21h, extinction des feux afin de se lever tôt ! (S’en est suivi pour nous, une nuit assez horrible parce que nous avons dormi à 4 dans une tente 2 personnes, nous étions vraiment à l’étroit, mais c’est ça l’aventure hein !).

La randonnée jusqu’au Cratère Dolomieu

LE DEPART : A 2h30 du matin, le réveil sonne, on a plié la tente et on s’est préparé. Il faut s’habiller chaudement à cette heure-ci, car il fait très froid (7-8 degrés). Des voitures arrivent petit à petit sur le parking, les plus courageux ont même déjà commencé la randonnée ! A 3h du matin, chacun sa frontale et son sac à dos et c’est parti, on entame la randonnée. Depuis le parking du Pas de Bellecombe, un sentier part vers le nord-est en longeant le rempart. Là c’est plus de 500 marches abruptes, taillées dans la roche, qui nous attendent ! Toutefois, mis à part quelques pierres qui roulent sous nos pieds, on atteint sans trop de difficulté, en une dizaine de minutes environ, l’Enclos Fouqué.

L’ENCLOS FOUQUE : Pas de réelle difficulté pour arriver jusqu’au pied du volcan. Le seul mot d’ordre : afin de ne pas se perdre (c’est vraiment immense, alors j’insiste) , il ne faut JAMAIS s’éloigner des balises blanches sur le sol ! Nous voilà donc partis avec nos minis frontales qui n’éclairaient pas plus loin que nos pieds, pour une bonne heure de marche ! Steph nous répétait qu’on ferait une pause à la Chapelle de Rosemont et qu’il ne fallait que 2 heures pour monter au Dolomieu ! Sauf que… c’était sans compter que l’itinéraire, avec les multiples éruptions, avait réellement changé ! En effet, en juillet 2018 une éruption a englouti la Chapelle ainsi qu’une partie du sentier historique ! Mais ça, nous ne le savions pas encore (je vous renvoie au point cité dans notre article sur la préparation de cette randonnée : S’I-N-F-O-R-M-E-R avant d’entreprendre la randonnée) ! A ce moment là, le parcours devient un peu plus sportif (enfin, pas vraiment si vous le faites de jour ou si vous avez une frontale qui vous éclaire vraiment bien : nous on suivait bêtement les traces au sol, escaladant la roche, alors qu’en fait à quelques centimètres, il y avait des sentiers plats) !

L’ASCENSION : Au pied du volcan c’est là qu’on commence à grimper. En effet, à la croisé du sentier vers les Cratères Rivals, une pente plus accentuée débute. On aura alors que de rares portions plates jusqu’au sommet ! Cela dit, la pente n’est jamais très forte et elle est vraiment accessible. Pour ma part, par moment, j’avais l’impression que l’air me manquait à cause de l’altitude. Du coup, je faisais quelques pauses afin de trouver mon souffle ! Vers 5h, on observe déjà les premiers rayons de soleil, on ratera donc le lever du soleil au Cratère Dolomieu mais on aura quand même des panoramas, notamment sur le Pas de Bellecombe et l’enclos Fouqué, à couper le souffle (pas à proprement parler cette fois !). Vers 5h30, on retrouve les deux jeunes, qui nous avaient distancé et qui nous attendaient, car ils avaient un doute sur le chemin : en effet, on se rend compte qu’on redescend pour remonter en contournant le Cratère Dolomieu, ce qui est normal en fait puisque le sentier à changé !

LE CRATERE DOMOMIEU : A 6h du matin, après 3 heures de marches, nous arrivons enfin au Cratère Dolomieu. Situé à plus de 2600 mètres d’altitude, celui-ci est encore sombre à cause de son ombre : le soleil est encore bas à cette heure-ci. Cependant, c’est vraiment impressionnant car, cette heure-ci, on peut y voir de la fumée grise et blanche qui s’en échappe ! Le Dolomieu est immense, environ 700 mètres de diamètre ! Tout autour, une ligne blanche délimite la zone à ne pas franchir car le sol est très friable près du cratère, ce sont en effet plus de 300 mètres de vide sous nos pieds ! De l’autre côté, sous les nuages, on a une vue magnifique sur cette roche noire qui se jette dans le bleu de la mer ! Tout est silencieux. C’est le moment de faire une petite sieste et de reprendre des forces avant d’entamer le retour.

Le retour en passant par le Formica Léo

LE RETOUR : A 8h, on repart. Le retour se fait par le même sentier. Un épais brouillard commence à tomber, on ne voit pas à quelques mètres ! On croise de nombreuses personnes qui font n’importe quoi : certains ne suivent pas les traces blanches au sol et risquent de se perdre, on croise une maman et son fils qui n’ont pas d’eau, ou encore d’autres qui s’aventurent sur la lave encore chaude (alors que de gros écriteaux préviennent du danger) ! Arrivée à l’Enclos Fauqué, on se rend compte que la Chapelle de Rosemont n’existe plus et surtout on remarque que l’on contourne le volcan bien plus qu’avant (Steph avait déjà fait cette randonnée en 2013 et ce n’était pas le même itinéraire !). On voit également les différentes coulées de laves, les différentes couleurs, la végétation qui commence à reprendre vie dans l’Enclos Fouqué… c’est magnifique et ça a un côté super intriguant !

LE FORMICA LEO : Vers 10h30, on atteint le Cratère du Formica Léo. C’est un espèce de cône volcanique formé en 1753 de couleur ocre. Il faut faire une halte, mais on le voit mieux du Pas de Bellecombe. Et puis, il vaut mieux éviter de gravir ce petit cratère pour des raisons écologiques, car il est soumis à une importante érosion à causes des randonneurs qui foulent son sol composé de scories.

LES REMPARTS : Le retour se fait évidemment par les remparts (et toujours ses 500 marches, on ne peut pas y couper malheureusement !), assez impressionnants vu d’en bas ! Bien plus difficile à gravir qu’à l’aller, on y a croisé des dizaines de touristes qui commençaient à peine la randonnée (à 11h du matin, il faut être fou avec ce soleil !) et qui ne s’écartaient pas pour nous laisser passer (oui, je le souligne car vraiment, c’était assez éprouvant après toute cette randonnée !).

Le Piton de la Fournaise, en bref

Ce fut vraiment une expérience unique ! Déjà, faire l’ascension d’un volcan, l’un des plus actifs du monde qui plus est, reste un moment inoubliable ! De plus, nous avons pu voir un coucher de soleil ET un lever de soleil au volcan, et c’était vraiment magnifique ! Ça reste l’une des plus belles expériences à faire à l’île de la Réunion selon nous ! Alors, si vous hésitez encore à y aller, un seul mot : F O N C E Z ! Promis, vous ne serez pas déçus !

Cet article t’a plu ? Alors retrouve vite la suite de nos aventures

en photos sur Instagrammais aussi sur Facebook ou encore vidéo sur YouTube !

Voici celle qui retrace notre ascension du Piton de la Fournaise

Laisser un commentaire